Pinus uncinata oublié

Ce nouvel article est dédié à un pin à crochet. Il ne s'agit pas d'une master pièce mais plutôt d'un petit arbre qui, grâce au travail de mise en forme, va révéler toute sa beauté cachée !

L'arbre se présente à vous sous ces quatre côtés respectifs. Grâce à l'ultime photo de cette série, prise d'un peu plus près, vous voyez à quel point cet arbre a besoin d'une intervention. En effet, ses plateaux sont excessivement fournis et les petits bourgeons internes ne voyant plus la lumière risquent de s'étouffer. Le premier travail consistera donc en un désaiguillage total aux ciseaux.

Notre petit arbre apparaît sous un nouveau jour. Regardez comme il est possible de lire sa ligne de tronc, de distinguer ses différents plateaux... De par la vue rapprochée, il est aisé de noter le travail réalisé.

A partir de ce moment là, il devient plus facile de débuter l'étude de cet arbre. En effet, cet arbre a quelques défauts apparents :

  • l'arbre s'incline avec exagération vers le spectateur ;
  • le premier plateau reste trop tourné vers l'arrière ;
  • la ligne de tronc est monotone, elle n'est pas assez harmonieuse.

Le but de cette mise en forme est de changer cela pour révéler toute la beauté perdue de cet arbre.

A ce stade du travail, il est donc important de trouver une nouvelle face. Je dirais "approximative" puisque c'est l'arbre, au cours de sa mise en forme, qui révélera sa face exacte, suivant ses réactions au pliage. Si nous faisons l'analyse des défauts, nous voulons obtenir plus de fluidité dans le tronc et retrouver un premier plateau non fuyant ; alors pourquoi ne pas tourner l'arbre de quelques degrés ? L'arbre paraîtra moins agressif si nous l'inclinons vers l'arrière. Alors, allons-y...

Remarquez qu'il suffit de quelques petits changements pour que l'arbre aie une toute autre allure !

Comme pour tout travail de mise en forme, nous commençons par la première branche. Chaque petit rameau est ligaturé, puis un hauban est posé pour abaisser et ramener le premier plateau vers vous !

Grâce à cette série de photographies, le travail réalisé est clair, la dernière nous révèle la position définitive de la première branche mais il reste le travail de finition de chaque rameau à effectuer. Celui-ci sera exécuté à la fin de cette mise en forme.

Nous continuons de façon chronologique le second plateau puis la branche arrière. Une fois celle-ci en place, un problème vient de surgir !

Remarquez cet espace vide excessif côté gauche vers le haut de l'arbre. En effet, nous avons abaissé les branches et maintenant nous nous retrouvons avec deux arbres dans un arbre, le bas et le sommet, sans aucune relation.

Comment remédier à ce souci ? Un peu de raphia, un peu d'eau, un peu de fil ! Grâce à la mise en oeuvre de ces trois éléments, le problème de discontinuité entre le bas et le sommet de l'arbre sera résolu.

Suite à cette prise de photo successive, il est possible de se rendre compte du pliage et de la mise en place de cette branche pour pallier à ce problème. Suite à cela, l'arbre ne fait plus qu'un et sa continuité est agréable à regarder.

Le travail se poursuit, en ligaturant entièrement le sommet, aucun rameau n'est laissé au hasard si nous voulons une finition propre et soignée. Cela peut paraître contraignant au premier abord mais connaissant le résultat, le jeu en vaut la chandelle.

Enfin le moment de la mise en forme ! Comme vous pouvez vous en rendre compte sur les photos, c'est un travail minutieux et précis. Chaque petite branche, chaque petit rameau prend sa place pour exhaler toute la beauté de cet arbre. Petit à petit l'arbre monte ; remarquez l'élimination ou le raccourcissement de certains rameaux pour un bel équilibre de l'ensemble. C'est un sacré travail de finition !

Notez une petite branche à droite, au-dessus du second plateau. Vous devez penser : mais à quoi sert-elle ? L'ai-je oubliée ? Bien sûr que non !

Au début du travail, n'étant pas sûr de son devenir, je décide pour l'instant de la garder mais de ne pas la ligaturer. (un signe peut-être)... Finalement, vu la position de la branche arrière, elle n'est plus utile. Je décide donc de la supprimer.

De par sa naissance, sa position et en respectant les règles, cette branche n'avait pas lieu d'être. Oui mais ! Elle aurait pu servir si la branche arrière n'avait pas bien rempli cet espace vide. Puis, cette branchette aurait été éliminée au cours de la prochaine mise en forme.

Tout cela pour vous dire que je trouve intéressant "parfois" de garder et de faire avec des défauts pour les éliminer petit à petit dans un futur proche. Mais en attendant, nous nous faisons plaisir avec notre arbre et nous vivons pour évoluer avec lui.

Et bien, nous touchons au terme de ce nouvel article. Voyez l'arbre à la fin de cette nouvelle mise en forme sous ses quatre angles, ainsi que le détail d'un plateau. Remarquez la disposition des rameaux ! J'ai réalisé aussi un léger shari vers le haut du tronc, comme en témoigne le mastic. Cette ancienne coupe me paraissait disgracieuse, ceci explique donc cela !

L'analyse qui découle de cette mise en forme : l'arbre doit acquérir de la profondeur. En effet ce pin est bien proportionné au niveau de sa largeur mais doit se développer en profondeur pour paraître beaucoup plus équilibré. Les branches et les plateaux sont bien positionnés.

Maintenant, petit, à toi de pousser...